Manger mieux pour vivre mieux Faire un régime sans reprendre de poids c'est possible Maigrir sans régime Que l'alimentation soit ta première médecine Je vous rappelle gratuitement
    Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Impact des édulcorants sur notre cerveau...

    Impact des édulcorants sur notre cerveau...

    Le 19 juillet 2016
    Impact des édulcorants sur notre cerveau...
    Les édulcorants : zero calorie mais pas sans effet sur notre comportement



    Des chercheurs Australiens ont étudié l’impact des édulcorants de synthèse (sucralose, aspartam, acesulfam pour les plus connus) sur le cerveau de l’homme et de l’animal.

    Pendant 5 jours, des mouches ont consommés des édulcorants de synthèse. Cette exposition chronique favorise l’hyperactivité, l’insomnie, l’intolérance au glucose (pré-diabète), une perception du goût sucré plus forte, une augmentation de l’appétit et une augmentation de 30% des calories consommées quotidiennement.

    Les chercheurs ont constaté que ces édulcorants changent la manière dont le cerveau perçoit le goût du sucre, ce qui incite à manger davantage.

    La même observation est faite chez des souris.

    En 2014 une étude publiée dans l’American Journal of Public Health observait que la consommation de boisson light (sucrée aux édulcorants) incite à manger plus de calories.

     

    Le commentaire de Virginie Bales, diététicienne nutritionniste à Paris 17ème

    Le pouvoir sucrant d’un édulcorant de synthèse est 300 fois plus élevé que le sucre classique, et en plus apporte zéro calorie. Dans un monde où l’obésité augmente et où l’on entend qu’il faut réduire sa consommation calorique quotidienne et sa consommation de produits sucrés, je comprends que le succès des édulcorants de synthèse est énorme et en constante augmentation.

    Malgré cela l’obésité continue d’augmenter…

    Alors forcément je m’interroge sur les mesures qui ont été mises en place jusqu’à présent pour juguler cette augmentation de poids….

    Finalement nous apprenons que ces édulcorants que l’on trouve partout, jusqu’au Doliprane pour enfant, ont énormément d’effets secondaires très négatifs et n’ont pas l’intérêt qu’on leur prêtait au départ.

    Qu’attendons nous, enfin qu’attendez vous pour arrêter l’utilisation de ces affreuses molécules messieurs les industriels ? Peut être que nous arrêtions d’en acheter, je vous rappelle que les industriels répondent à notre demande…

     

     

    Pour lire cette dernière étude : http://www.cell.com/cell-metabolism/fulltext/S1550-4131%2816%2930296-0

    c